February 23, 2012

Le mobile, ça n’existe pas

Posted by amo@emakina.fr

Alors que tout responsable marketing ou digital se lève le matin en ne pensant qu’à ça, le point commun de la profusion de buzzword ambiants type SOLOMO, TODACLO ou VULUSU est bien le “mobile”. Cet obscur objet du désir porte en lui l’évidence de son impérieuse nécessité et en même temps tous les ferments de l’échec. Car, j’ose le dire ici, le mobile, ça n’existe pas, tout au moins c’est une vue de l’esprit aussi dérisoire que perverse. C’est un trouble dont vous devez vous garder, autant que la grippe qui sévit actuellement.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase et m’amène à cette prose réside dans cette magnifique infographie sur le m-commerce. Elle résume bien la belle salade niçoise que représente la notion de “mobile”. Je cite :

  • L’émergence de l’iPad
  • Les sites optimisés pour mobile
  • L’essor des applications mobiles
  • L’échange en ligne de coupons de réduction
  • La multiplication des QR codes
  • La personnalisation des services mobiles
  • La géolocalisation
  • Le développement de la réalité augmentée
  • Le lancement d’outils de reconnaissance vocale
  • Ou encore l’application Price Check développée par Amazon

Yes ! … Reprenons :

  • l’iPad est une tablette tactile dont les études d’usages montre qu’il n’a de mobile que le caractère portable, car il s’utilise généralement assis, généralement en lieu et place d’un ordinateur personnel qui est un instrument de travail et pas de loisir ou accessoire. Avec une tablette entre les mains, on ne travaille pas, on est dans une expérience décomplexée et légère de services numériques. L’autre victime est le téléviseur.
  • Les sites ne sont pas optimisés pour mobile, mais pour toutes les nouvelles tailles d’écrans que les smartphones et tablettes ont introduit. L’ère du 1024×768 est révolue. Un site web doit s’adapter à la multitude d’écrans où il peut être dorénavant joué.
  • Oui, les applications sont un changement profond dans la consommation de service, mais le caractère “mobile” reflète l’environnement technologique dans lequel elles s’inscrivent, iOS et Android notamment. Cela n’a aucun sens puisqu’une application est pensée pour un contexte d’usages et une gamme d’écrans (smartphone / tablette / PC / téléviseur).
  • Les coupons de réduction, ça n’a rien à voir avec le mobile et beaucoup plus avec la maturité des gens à acheter et socialiser en ligne. Sinon, oui, on peut en afficher sur un écran, et même les imprimer.
  • La personnalisation est une question sinon une exigence posée à tout service numérique qui se respecte, indépendamment du support par lequel il est opéré.
  • La géolocalisation est une fonction et une donnée de segmentation et de profil qui permet plus de personalisation. Ça marchait aussi avec mon PC de bureau, avant, et ça y marche encore.
  • Les QR codes et la réalité augmenté viennent de l’appareil photo embarqué dans l’équipement et ces beaux carrés à points appartiennent presque déjà au passé vu ce qui arrive sur la reconnaissance d’images
  • Quand à la reconnaissance vocale, elle existait avant et trouve juste de nouveaux champs d’application. Et si l’on regarde Siri, cela tient plus au Cloud qu’au téléphone lui-même.

 

Bref :

  • Le “mobile”, ce pourrait donc être des équipements que l’on transporte avec soi. Auquel cas, l’ordinateur portable devrait être dedans, mais il appartient à l’époque des objets “nomades”, un mot obsolète que personne n’utilise plus. Mobile l’a rejoint.
  • Ce pourraient être une génération d’équipements propulsés par iOS, Android et des OS “mobile”, auquel cas, il y a plus de différence entre les usages d’applications sur un smartphone et un téléviseur qu’entre ce dernier et un bon vieux PC de bureau.
  • En fait, on voit là que c’est sans doute un mot de la technologie et de l’industrie digitale, mais ce n’est pas le problème des gens ni de ceux qui veulent leur vendre des produits ou des services. Enfin, ça ne devrait pas.

En réalité, “mobile” est un mot qui avait du sens quand les choses étaient simples et qu’il y avait des smartphones et des ordinateurs. Les OS étaient bien séparés, les applications et les magasins d’application était sur les premiers et pas sur les derniers et on ne sortait pas son ordinateur dans la rue pour chercher son chemin ou checker.
Aujourd’hui, le monde est complexe et le sera de plus en plus. Android commence à motoriser des objets parfaitement sédentaires comme des téléviseurs, où l’on retrouve déjà des magasins d’applications en attendant que les objets du quotidien, transportables ou non, soit eux-même connectés sous ce régime.
Mobile, ça ne veut donc plus rien dire et les “stratégies mobile”, ça n’existe pas, sauf à raisonner en OS, ou à considérer qu’une tablette et un smartphone, c’est la même question posée. Si c’est le cas, vous êtes déjà dans le mur.

Car finalement “mobile“, ça ne veut dire qu’une chose : cela désigne le vaste champ des écrans et des supports sur lequel il faut investir dans un monde post-PC et où vous n’êtes pas. C’est un mot qui désigne “trou dans la raquette”, “retard à rattraper” ou  “rustine”. Cela induit une réflexion malsaine, orientée outils et pas utilisateurs ni business-model, une réflexion qui ne se pose pas la question du comportement des gens et de l’adaptation au nouveau monde dans lequel nous sommes. Alors, regardons les gens se réinventer sur la manière dont ils travaillent, répondent à leurs besoins, dépassent les limites d’avant et consomment média et services à travers leurs téléphones, tablettes, ordinateurs, téléviseurs, consoles de jeu, et déjà leur montre, leur frigo, leur voiture et que sais-je encore. Regardons comment ils vivent, interagissent et réinventent eux-même les choses.

Le mobile, ça n’existe plus. Arrêtons d’en faire un sujet en soi. Changeons le monde.

Crédit image : The Next Web on Flickr

  • http://www.pixel9.net Jean-Luc Grellier

    Merci Alexis !!! TU NE SAIS À QUEL POINT TU ME FAIS PLAISIR !
    Comme à chaque fois, on recommence à ne voir les choses que par le petit trou de la lorgnette au lieu de s’élever un peu (comme tu le fais ici) pour avoir une vision périphérique qui dépasse le petit monde technophile et surtout aller au delà du business de bas étages… et faire de la business intelligence… c’est pas gagné !

    Un seul mot me vient à l’esprit et j’espère pas seulement au mien : USAGES !

    Mais quand est-ce que l’on va enfin se préoccuper des usages et arrêter une fois pour toute de prendre les clients pour des banquiers ? (sauf quand le client est banquier hein…) … y’en a marre du : “il faut être sur Facebook”, “il faut être sur le mobile”, “il faut faire une application”, et le “f-commerce ?” etc.
    Dire à un client qu’il doit être présent sur mobile n’a pas de sens… généralement en ce qui me concerne je réponds : POQOFA ;) “Pour quoi faire ? ” / Qu’est-ce que cela va apporter concrètement à mon business ? Cette réponse m’a permis à quelques reprises d’avoir ensuite de vraies discussions de fond partant de notre business, des usages des internautes et permettant de croiser au mieux les deux pour un maximum d’efficacité. Il y a des fois j’ai juste l’impression d’avoir à faire à des vendeurs d’aspirateurs (avec tout le respect que j’ai pour les aspirateurs).

    Il faut arrêter de vendre du concept, de la nouveauté à tout va, de la fonctionnalité, bref, du vent, et aller au delà, proposer des solutions adaptées au business client avec une vraie valeur ajoutée digitale… facebook, twitter, linkedin, App, mobile oui mais pourquoi faire ? Si 10% des clients se posaient cette question avant de signer, je pense que l’on y gagnerait certainement tous beaucoup et que les vraies questions de fond stratégico-business seraient sur la table dès le début. Dans bien des projets aujourd’hui, on observe les clients et prestataires qui marchent sur la tête : tout le monde se fait plaisir avec des tas de concepts / fonctionnalités / supports etc. et on réfléchit ensuite au sens de cela dans la stratégie…. heu il n’y aurait pas un petit problème ? La Charrue ne serait-elle pas passée légèrement devant les boeufs ?

    Le soucis du digital, dans ce sens, est celui d’une perpétuelle innovation, donc d’une perpetuelle offre commerciale renouvelable… mais celle-ci ne sert finalement que les outils… et si l’on commençait par le début et que l’on se demandait pourquoi ? Simon Sinek a fait un travail remarquable de ce point de vue en mettant en forme quelque chose qui parait tellement naturel et essentiel, que c’est une évidence : LA démarche intellectuelle sur LA bonne façon d’aborder le business (pour ceux qui ne connaissent pas encore : http://www.startwithwhy.com/). A l’heure où certains pays reconnaissent le partage de fichiers comme religion, est-ce que nous pourrions envisager non pas de changer le monde, mais simplement, et dans un premier temps de faire preuve de BON SENS ?

  • https://picasaweb.google.com/krigloBZH/KrigloWebPicasaAlboom KriGlo

    C’est marrant à l’inverse moi je “stable”…j’en par là pas de connectivité mobiles…pas de 3G..ni de tablette tactiles…Le phone pour téléphoner/photos & vidéos…
    Le Net…on est tous connecté les 5…de 11 à 48 ans…mais à l’intérieur..car
    dehors c’est la vrai vie…ou l’on discute l’oeil dans l’oeil..
    …Pour vous faire une description plus complète du tableau…depuis 3 ans notre domicile sans réseau TV et nous avons également des journée sans écrans à la maison…et l’obligation pour tous de quitter les écrans également quand quelqu’un passe nous rendre visite…
    …Habitant pleine Ouest face à l’Atlantique…une coupure d’élec puisque tempête est dans le secteur…no problemo…et pourtant nous avons conscience d’une certaine dependance au cyber…mais…nous essayons de faire que ce soit l’humain qui prédomine et les écrans et le clavier…et nous y arrivons bien car avons trouvé un équilibre…
    …Alors “Nomade” “Mobile”…quel intérêt…quand on prends juste ces objets pour ce qu’ils sont…des outils…mais bon quand on a un foyer véritable ce genre de questions se pose moins…
    Nous sommes des Has-been…oui certes pour certains mais au lieu de planter des carottes dans un jeu virtuel à la con…on le fait dans le jardin..on va chercher conseils dans le troquet du coin…ou les gens discute encore entre eux puisque la décence est de garder les écrans en poches…car la reconnaissance sociale par l’objet High-Tech ne pratique pas ici…on est pas à Paname…sur les terrasses…On se parlent encore même entre personnes qui ne se connaissent pas..Pourquoi ?
    …Pour fortifier le réseau réel…Celui qui fera que contre des carottes..ou autres choses..
    (produits/services/argent…Temps…)on viendra réparer notre voiture ou toitures par exemple…

    Il y a un monde d’hyperconnections et un monde de “régression technologique”…(de croissance positive pour moi) qui se dépare de plus en plus…et il faut juste être entre les 2…
    et savoir “naviguer” de l’un à l’autre selon les besoins…
    …C’est peut-être cela la mobilité d’aujourd’hui enfin ce nouveau monde qui se fait jour…
    une mobilité civilisationelle…avec un esprit très large et qui rassure…puisque nos A-venirs sont plus qu’incertains…
    Bien cordialement à vous…et merci d’avoir pris de votre temps pour me lire…
    et pardon d’être aussi sincère…
    https://www.facebook.com/photo.php?v=3228728870050
    http://www.moonsociety.org/flag/images/EarthFlag2-SunEarthMoon.gif